Osmosis lance sa v12, avec de nombreuses fonctionnalités dont l’Interchain Security

Un an et demi après son lancement, la blockchain Osmosis a passé un cap important avec sa douzième version. Intitulée Oxygen, elle introduit de nombreuses nouveautés qui vont avoir un impact sur l’entièreté de l’écosystème Cosmos.

Commençons par un nouveau module SDK, qui permettra de créer les fameux « interchain accounts« . En gros, un seul compte connecté à Osmosis pourra effectuer des transactions sur d’autres chains ou smart contracts, offrant encore plus de possibilités. Introduite lors de la v10, cette fonctionnalité a enfin été activée, et pourra être utilisée lorsque des partenaires le souhaiteront. Les comptes interchains sont donc encore au stade embryonnaire, mais promettent d’intéressants développements dans le monde de la finance décentralisée.

Par ailleurs, le TWAP module (pour time weighted average pricing) a aussi été mis en service. Beaucoup plus technique et inspirée du fonctionnement de la troisième version d’Uniswap, cette fonctionnalité va chercher les liquidités sur d’autres chains, s’assurant tant de leur disponibilité que de leur volatilité ; les swaps seront également possibles, renforçant l’interopérabilité dont Cosmos se fait le porte-étendard. Dans le même ordre d’idée, les requêtes Stargate (du nom de la mise à jour éponyme) laisseront les contrats CosmWasm pêcher directement les informations nécessaires sur d’autres blockchains. Encore une fois, les possibilités de DeFi à ce niveau sont titanesques !

Mais bien entendu, la grosse force de cette douzième version, c’est l’activation définitive de l’Interchain Security ! On en parlait déjà dans un article précédent, et des ramifications proprement cosmiques à venir dans tout l’écosystème ; Oxygen permet désormais à diverses dApps (dont Stride et Quicksilver, pour l’instant) d’offrir à la blockchain un contrôle sur leur exécution. En soi, des tokens comme sATOM et qATOM peuvent désormais être mintés par les utilisateurs et transiter librement sur Osmosis. A l’avenir, la sécurité d’autres réseaux pourra également être déléguée ou assumée par des blockains vertébrales du Cosmos, offrant des récompenses supplémentaires aux stakers.

En sus de tout cela, un nouveau vote de gouvernance permettra également d’augmenter le nombre de validateurs à 150 (contre 135 actuellement), rendant le réseau plus décentralisé plus jamais ; pour rappel, le SDK Cosmos peut théoriquement supporter jusqu’à 300 validateurs avant d’observer des ralentissements, il y a donc de la marge !

Last but not least, les WosmoNFT sont également très attendus ; pas de date pour l’instant, mais une équipe dédiée travaille à cette fonctionnalité particulièrement ambitieuse. En gros, chaque wallet bénéficiera d’un de ces tokens non-fongibles, qui serviront de carte d’identité à travers tout le Cosmos. Il sera possible de les personnaliser au fur et à mesure que divers événements seront organisés par n’importe quelle blockchain qui le souhaite. L’idée est en tout cas palpitante, et offrira donc beaucoup d’utilité aux NFT !

Avec Oxygen, il est clair que Osmosis s’oriente dans une nouvelle direction prometteuse, et ne sert pas de simple réseau derrière le DEX le plus agréable de tous !