Les Russes semblent liquider leurs Bitcoins en faveur de l’immobilier dubaïote

Les guerres redessinent souvent plus que les frontières, et cela semble aussi être le cas pour les blockchains. Alors que l’invasion de l’Ukraine par la Fédération de Russie va entrer dans sa troisième semaine, les sanctions du monde entier contre le pays de Vladimir Poutine semblent avoir fait bouger pas mal d’argent, y compris du virtuel.

Selon la célèbre agence Reuters, les Russes seraient en train de liquider en masse leurs actifs en Bitcoin pour investir dans l’immobilier, et plus particulièrement à Dubaï. Là où c’est particulièrement intéressant, c’est qu’une partie de ces actifs vient… de Suisse ! Historiquement neutre, le pays montagneux s’est finalement rallié aux sanctions décidées par l’Union Européenne et les Etats-Unis  ; sans donner de nom précis, Reuters indique qu’un broker suisse s’est vu sommé de liquidé des milliards de Bitcoins. Le 11 mars, Coinbase enregistrait un transfert externe en cette monnaie, équivalent à 1 milliard de dollars.

Dans le même temps, le marché immobilier de Dubaï a enregistré un pic dans l’arrivé de liquidités, ce qui soulève plusieurs points intéressants ; d’abord, cet épisode du conflit met en exergue que la nature décentralisée des crypto-monnaies permet de contourner des sanctions étatiques. Le gouvernement russe serait même en train de travailler à son propre réseau bancaire basé sur la blockchain, de manière à contourner son exclusion de Swift.

 

 

 

L’autre aspect intéressant est qu’il est difficile d’imaginer que 100% de ces transferts aient terminé dans l’immobilier dubaïotte. Le petit mais riche état des Emirats Arabes Unis cherche depuis plusieurs années une alternative économique au pétrole, et n’a pour l’instant pas imposé de régulation précise aux crypto-monnaies ; Binance a d’ailleurs récemment déposé une demande de licence auprès du Dubai World Trade Centre, dans l’espoir de capter de nouveaux clients potentiels.

Une fois que la poussière sera retombée au Europe de l’Est, il pourra être intéressant de voir comment les pays locaux se seront adaptés. Est-ce que les crypto-monnaies connaîtront un élan dans leur adoption, ou les solutions centralisées prendront l’avantage ?

Wait & see !