Fortis Oeconomia déploie ses complexes modules financiers sur Juno

Depuis les DAO et échanges décentralisés qui ont bourgeonné sur Ethereum, la DeFi a fait beaucoup de chemin, et en peu de temps. Mais malgré quelques variations ici et là, on se trouve généralement avec les mêmes principes de base, et un fonctionnement assez connu.

Fortis Oeconomia vient bouleverser tout ça. Avec un airdrop dans la plus pure des traditions de l’écosystème Cosmos, ce token est déjà très particulier dans le sens où il n’introduit pas sa propre blockchain ; en effet, le FOT est disponible sur Juno, blockchain âgée de quelques mois et qui ambitionne de devenir ze plateforme des smart contracts pour l’ensemble de l’écosystème. 

Très bien, mais qu’est-ce donc que Fortis Oeconomia ? C’est un système financier qui se base sur des modules, lesquels servent à transformer le FOT en : bFOT, gFOT et sFOT. C’est donc un token à quadruple déclinaison qui est proposé, avec une intéressante logique déflationniste. Le processus est complexe, mais nous avons réalisé un petit schéma, visible ci-dessous, qui simplifie le tout au maximum :

 

 

Même s’il est encore dans une phase embryonnaire, le projet compte donc proposer son propre stablecoin algorithmique (sFOT), dont la stabilité est déterminée par les tokens précédemment brûlés. Le 14 avril prochain, les stakers de Atom pourront aussi bénéficier d’un airdrop, les stakers de Juno ayant pu tester l’ensemble de cet écosystème au début du mois ; si un certain engouement se remarque déjà, il faut toutefois faire preuve de méfiance.

Si les généreux airdrops qui pullulent dans Cosmos depuis un an sont aussi sécurisés que possible, rien ne garantit que Fortis Oeconomia ne pas d’un tout autre genre. Rug pull ou pyramide de Ponzi, les hypothèses sont ouvertes ; l’idée qu’il n’y ait que des gagnants est certes appréciable, mais aussi difficilement réalisable. D’un autre côté, la DeFi nous a apporté des choses qui paraissent ridicules dans la finance classique, rien n’est donc impossible !

Fortnis Oeconomia a annoncé ces dernières heures le « donjon« , une fonctionnalité inspirée de jeux de rôles mais qui n’a en fait rien à voir. L’idée est de gravir des échelons de liquitity pools en stakant les tokens associés au fur et à mesure ; l’intérêt est de voir que des ATOM, UST et Juno seront compris dans certaines pools, mettant largement l’accent sur l’inter-opérabilité des blockchains.

Si le donjon n’est pas encore lancé, vous pouvez découvrir le schéma officiel ci-dessous :

 

 

Mais est-ce que les modules du site sauront capter l’attention des utilisateurs ? Est-ce que le sFOT réussira à s’imposer comme un stableocoin efficace et durable dans l’écosystème ? Et surtout, est-ce que Fortis Oeconomia a de réelles ambitions de grandeur

Il est clairement trop tôt pour faire des conjectures, mais la nature déflationniste du FOT (et ses dérivés) propose une ligne directrice intéressante. La complexité de l’ensemble n’est peut-être pas forcément nécessaire, mais au fur et à mesure que de nouveaux modules seront déployés, avec une utilité propre, peut-être verrons-nous de nouveaux cas d’usage.

Un autre facteur intéressant est que si le projet réussit dans sa mission, il deviendra une pierre angulaire de Juno. La jeune blockchain possède déjà quelques tokens, et son DEX JunoSwap gagne chaque semaine en popularité ; dans les mois à venir, il n’est pas impossible que Fortis Oeconomia soit un moteur primordial de l’aspect financier de Juno !

Comme souvent dans un nouveau projet, une chose à faire : wait & see…