CZ, Binance et leurs alliés semblent vouloir mettre à mal Crypto.com sur Twitter, et c’est pas cool

Alameda Research et sa plateforme d’échange FTX ont largement fait la une ces derniers jours, leur échec étant pleinement imputable à une gestion plus que douteuse doublée d’un appât du gain assez néfaste.

Il serait pourtant malavisé d’oublier que tout cette affaire doit son commencement à Changpeng Zhao, dont les tweets et dumps de tokens bien ficelés ont finalement menés FTX dans sa tombe ; une tombe bien méritée, certes, mais dont le chemin a joliment été balisé par le PDG de Binance.

Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Depuis deux jours, Crypto.com semble être la cible d’une vague de dénonciations, accusations et fantasmes en tous genres. La plus grosse nouvelle concerne un virement accidentel de 400 millions de dollars en Ether fait à Gate.io, ce qui n’est clairement pas oufissime ; la somme a cependant été retournée à Crypto.com, et tout est bien qui finit bien ! L’incident est d’autant moins pertinent qu’il s’est déroulé il y a trois semaines, et que tout est revenu à la normale.

Pourtant, l’incident a largement été médiatisé, notamment via un tweet de CZ :

 

 

 

La subtilité derrière ces mots n’a échappé à personne alors que Kris Marszalek venait de publier les cold wallets de Crypto.com abritant les dépôts des utilisateurs. De nombreux articles mais surtout, des posts sur différents réseaux sociaux (plus particulièrement Twitter et Reddit) ont ensuite fleuri ici et là, accusant l’exchange qui sourit aux courageux d’être proche de la faillite.

Encore récemment, d’autres tweets de personnes proches de CZ ont essayé d’ajouter de l’huile sur le feu, entraînant une chute du prix du CRO (actuellement à 0,06€ au moment de l’écriture de cet article).

 

 

 

 

 

Pourquoi ? Deux options se dégagent.

La première est similaire à ce qui s’est passé avec FTX : un bank run, pas assez de liquidités pour couvrir les demandes, et boom, c’est la fin des haricots. A supposer que Crypto.com n’ait pas l’équivalent des dépôts des clients dans ses coffres, l’exchange se retrouverait incapable d’honorer les demandes et prendrait le chemin de BlockFi, Celsius et de toutes les plateformes qui ont eu les yeux plus gros que le ventre.

Mais cette manœuvre pourrait également avoir eu pour objectif de simplement faire baisser le prix du CRO (ce qui est arrivé) afin de permettre à la concurrence d’en profiter à bas prix, pour à l’avenir faire pression sur Crypto.com. C’est exactement ce que Zhao a fait avec FTX, avec les conséquences que l’on connaît.

A l’heure actuelle, les posts continuent de se multiplier sur la possible insolvabilité de Crypto.com, bien que les seules sources citées s’apparentent à du « trust me bro« , et laissent donc à désirer. Marszalek n’a pour l’instant pas fait de commentaire, mais les retraits sont toujours actifs. Mario Nawfal a toujours été réputé pour utiliser les scandales/polémiques du moment afin de promouvoir sa propre entreprise, laquelle bénéficie de partenaires chinois pas toujours identifiable. Les derniers jours ont également montré une proximité inquiétante avec Binance, rendant ses « faits objectifs » tout sauf objectifs.

L’ouverture prochaine de la Coupe du Monde de football 2022, au Qatar, devrait offrir une visibilité importante à Crypto.com et peut-être relever le prix de son token. Mais ce qu’on espère voir tomber, c’est surtout ce rideau de complaisance entre grands partenaires, et ces arrangements de coulisses qui ne bénéficient qu’à ceux impliqués.

Espérons que la crypto-sphère saura faire preuve de discernement