Share

Comment la blockchain aide les producteurs d’avocats à s’affirmer

L’agriculture est un pilier essentiel de l’économie africaine, fournissant des emplois à des millions de personnes et jouant un rôle crucial dans la sécurité alimentaire de diverses régions. Cependant, le secteur agricole a également été confronté à de nombreux défis, tels que la gestion des ressources limitées, la transparence des chaînes d’approvisionnement et l’accès aux marchés mondiaux. Heureusement, la blockchain émerge comme une solution prometteuse pour relever ces défis.

S’il faut le rappeler, la blockchain est avant tout une technologie de registre distribué qui permet de stocker des données de manière transparente, sécurisée et décentralisée. Elle fonctionne comme un grand livre numérique où toutes les transactions sont enregistrées et vérifiées par un réseau de nœuds, éliminant ainsi le besoin d’une autorité centrale de confiance. Cette caractéristique en fait une technologie idéale pour résoudre les problèmes de l’agriculture en Afrique.

L’un des principaux problèmes auxquels les agriculteurs africains sont confrontés est l’accès limité aux marchés mondiaux. La blockchain peut aider à surmonter cette barrière en facilitant la traçabilité des produits tout au long de la chaîne d’approvisionnement. En enregistrant chaque étape de la production et de la distribution sur la blockchain, les agriculteurs peuvent prouver l’authenticité et la qualité de leurs produits aux acheteurs internationaux. Cela peut également réduire les coûts associés aux intermédiaires et aux frais de transaction, permettant ainsi aux agriculteurs de bénéficier d’une meilleure rémunération pour leur travail.

Un autre avantage majeur de la blockchain est sa capacité à améliorer la gestion des ressources agricoles. En utilisant des capteurs connectés à la blockchain, les agriculteurs peuvent surveiller en temps réel les conditions environnementales telles que la température, l’humidité et la qualité du sol. Ces données précieuses permettent une gestion plus efficace de l’eau et des intrants agricoles, conduisant à une utilisation plus durable des ressources et à une augmentation des rendements. Ainsi, l’entreprise Dimitra et l’association One Million Avocados ont annoncé un partenariat particulièrement prometteur afin d’aider les producteurs d’avocats kényans ; active dans 18 pays, principalement dans l’hémisphère sud, Dimitra a déjà signé des contrats avec plusieurs gouvernements pour la traçabilité de certains produits.

La transparence est un élément crucial pour établir la confiance dans les chaînes d’approvisionnement agricoles. La blockchain peut fournir une visibilité complète sur les transactions commerciales, des exploitations agricoles aux consommateurs. Cette transparence renforce la confiance entre tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement, ce qui est essentiel pour établir des partenariats durables et équitables.

Cependant, pour que la technologie blockchain soit pleinement adoptée dans le secteur agricole africain, certains défis doivent être relevés. Tout d’abord, il est essentiel d’assurer l’accès à Internet et à l’électricité dans les zones rurales, où se trouvent souvent les exploitations agricoles. Sans une connectivité adéquate, l’utilisation de la blockchain devient difficile, voire impossible. Les gouvernements et les entreprises privées doivent donc collaborer pour améliorer l’infrastructure numérique dans ces régions.